spécial

Digère et gère

Comment éviter le coup de barre après le repas

Il est 13h, tu t’installes difficilement sur le siège d’un auditoire plein à craquer pour suivre un énième cours de statistique auquel tu ne comprends rien et tes paupières réclament un temps mort.

La faute à la pizza et la demi-douzaine de cookies que tu as englouties à midi. Tu as beau scruter la salle, il n’y a aucun lit « kingsize » dans les environs. Comment éviter de te réveiller à la fin du cours avec la marque du clavier sur ton front sans avoir pris la moindre note ?

La glycémie est ton amie

Ce n’est pas une île de l’Océan Pacifique mais le taux de sucre ou glucose présent dans ton sang. Tout au long de la journée, la glycémie varie selon les aliments que tu ingères. Elle est notamment régulée par l’insuline, une hormone qui donne l’ordre aux cellules d’absorber le glucose de ton sang pour le convertir en énergie. Le taux de sucre dans le sang revient ainsi à la normale.

Mais, lorsque tes repas sont particulièrement riches, cela engendre un pic de glucose. Pour le faire diminuer, une quantité excessive d’insuline est produite. Tu vas péter la forme pendant un petit moment, puis au lieu de retomber à un niveau raisonnable, la quantité de sucre dans ton sang va dégringoler provoquant le fameux coup de barre. Voilà qui est embêtant, surtout si tu as un examen ou pire, un rancard inespéré avec ton « crush ».

Un repas presque parfait

Pour prévenir cette situation, l’alimentation est primordiale. Cela passe par un repas équilibré. Afin d’éviter de te transformer en légume, manges-en ! Pauvres en glucides, ils sont riches en fibres et nutriments. Ensuite, pense également aux aliments protéiques qu’ils soient d’origine animale ou végétale. Enfin, il te faut des glucides : ta source d’énergie principale. Privilégie les sucres lents et si possible complets qui maintiendront ta glycémie à un niveau adéquat : pâtes, riz, patates, pain, quinoa ou lentilles, le choix est vaste ! Néanmoins, ne te prive pas d’un dessert pour autant, tant que ce n’est pas une plaque entière de chocolat ! Sinon, pour éviter de culpabiliser, il te reste ces bons vieux trucs qui poussent dans les arbres (quoi que pas toujours) : les fruits ! Niveau boissons, l’eau sera ta meilleure partenaire. Evite les sodas, de même que l’alcool qui est un dépresseur ; garde-le pour te détendre lors de tes folles sorties en boîte.

Eat fast, die young

Le comportement que tu adoptes lors de tes repas est tout aussi important que ce que tu as dans le « tupperware ». Mange assis, pas debout ou la tête en bas, prends ton temps (minimum 20 minutes), profite de mettre ton nez dehors (en hiver, mets un cache-nez !) et de marcher un peu. Pour terminer, veille à t’octroyer de bonnes nuits de sommeil ou, à défaut, une sieste de 15-20 minutes pendant ta pause.

Grâce à ces astuces, le coup de barre n’est désormais plus une fatalité ! Dommage, à présent tu n’as plus aucune excuse pour justifier ton inefficacité après un repas… Allez hop, on s’active !