dossiers

Quand tu dois rédiger un travail pour l’uni

« Des heures que ça dure, le soleil pointe le bout de son nez, la deadline aussi ! Pourquoi avoir autant poireauté ? Et pourquoi l’autre n’en fiche-t-il pas une ? Ouf ! La version finale est enfin envoyée. Le courriel a-t-il bien été réceptionné ? Zut ! Le fichier n’est pas dans la bonne extension. Comment on fait pour changer ? » Ce genre d’expériences, ça te parle. Tu comprendras alors que les 5 erreurs à ne pas commettre lors de la rédaction d’un travail, listées ci-dessous, sont bonnes à éviter… ou commettre, c’est selon.

1. Commencer trop tôt. Pas d’aventure, ni de surprise. Tout sera sous contrôle. Mais tu risques d’être d’une productivité médiocre par rapport à une nuit blanche passée à rédiger 20 précieuses pages. Quoi de mieux que le sentiment de ne pas être capable de terminer… enfin plutôt d’entamer son travail la veille de la date limite ?
2. Écrire trop. Les profs et les assistants sont paresseux. Des phrases interminables les pousseront à abréger leur lecture plus tôt que prévu. Finis tes phrases. Franchement, qui a compris comment employer correctement le point-virgule ?
3. Écrire trop peu. Bah oui, si tu veux pouvoir organiser le fil de ta pensée, il faut le mettre sur papier. Tant pis si ce qui sort va dans tous les sens. Enfin… à toi de choisir entre faire le tri ou angoisser face à une page blanche.
4. Faire relire ton travail. Tu cours le risque de devoir modifier ta production afin d’améliorer le rendu. Bien entendu, si tu te paies le luxe de débuter la rédaction tardivement, la question ne se posera même pas. Le prof sera ravi de lire le premier jet de ton travail. La spontanéité, ça les fait tous griser !
5. Organiser la bibliographie au fur et à mesure. T’as aussi remarqué ? C’est toujours plus long que prévu. Réserve-toi cette tâche pour la fin. Tu prolongeras le plaisir. Patauger, il n’y a que ça de vrai !

Tout ceci est loufoque ? Ridicule ? Alors réfléchis bien à ta manière de travailler, et tu verras que la réalité est souvent encore plus loufoque et plus ridicule qu’elle n’y paraît.