dossiers

La cooptation, un mode de recrutement ...

Il sera peut-être bientôt révolu le temps où un processus de sélection classique obtenait la palme de l’efficacité ! En effet, aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises pratiquent la cooptation. Le terme de cette méthode dérive du latin « cooptare » qui signifie « admettre dans un groupe sans procédure d’admission ». Appliquée au processus d’embauche, cela donne des employés qui proposent des profils, qu’ils ont eux-mêmes dénichés dans leur entourage à leur service des ressources humaines. Certains y voient de multiples avantages, d’autres une foule d’inconvénients. Ainsi entre partisans et détracteurs, les arguments fusent !
Décryptage des avantages mais aussi des limites que comporte cette pratique plus que controversée.


Avantages non négligeables…


Si la cooptation existe, séduit de plus en plus d’entreprises et perdure, cela s’explique par ses nombreux avantages. En effet, cette méthode de recrutement bénéficie d’un impact financier moindre pour la société car coopter ne lui coûte rien, sinon la prime délivrée à l’employeur-recruteur dans le cas où un système de rétributions existe dans la firme concernée. Par ailleurs, l’organisation accroît ses chances d’un recrutement bien plus étendu en raison de la participation de ses salariés. Elle touche ainsi des individus qu’elle n’aurait pas atteints en utilisant les canaux habituels et grâce à l’utilisation d’Internet, la portée du message est internationale. En outre, qui mieux qu’un employé satisfait et heureux peut chanter les louanges de sa société ? De même, beaucoup de compagnies partent du principe que si leurs salariés sont compétents, une partie de leur entourage se révèle l’être aussi car ils ont probablement mené leurs études conjointement. L’entreprise détient ainsi la garantie qu’elle engage des gens qualifiés et déjà au courant de la manière dont celle-ci fonctionne. Le véritable plus de la méthode réside dans sa rapidité de fonctionnement.
Ainsi, tout semble indiquer que la cooptation ne peut être que profitable à l’entreprise. Mais est-ce vraiment le cas ?


… mais limites à considérer


Même si les avantages de la méthode semblent être légion, celle-ci présente tout de même des faiblesses. Ainsi, en tête de liste on retrouve la question de la prime, qui semble être celle qui pose le plus de problèmes. En effet, la politique des entreprises en la matière demeure obscure. Certaines ont opté pour ce système en créant une charte qui précise la nature des gratifications suivant les profils recrutés, d’autres décrient cette pratique car elle aurait un effet néfaste sur les relations entre salariés.
Par ailleurs, des experts affirment que la cooptation nuit à la diversité des profils et porte ainsi préjudice au potentiel d’évolution de l’organisation. Certains vont même dire que les employés cooptés et leurs coopteurs iraient jusqu’à former une entité autonome dans la boîte, provoquant ainsi des tensions entre ledit groupe et la direction.
Surgit un dernier problème : que faire si la personne cooptée ne convient pas ? En général, sitôt qu’un employé a proposé une de ses connaissances, le processus de sélection reprend. C’est-à-dire que le personnel des ressources humaines se doit de vérifier si ladite personne correspond réellement au profil recherché. Ainsi, les mauvaises surprises sont évitées, autant pour l’entreprise que pour la personne recommandée.
Chaque méthode de recrutement comporte à la fois des atouts mais aussi, certains désagréments. Il est sûr que miser l’entier de sa stratégie d’embauche sur une méthode n’est pas l’idéal, et donc, les entreprises diversifient leur politique en la matière afin d’être sur le plus de fronts possibles à la fois ! Avis aux étudiants qui ont dans leur entourage des individus susceptibles de correspondre au profil des employés-recruteurs, c’est peut-être l’occasion de décrocher une place en or !


Et l’employé dans tout ça ?


Les employés potentiels qui n’ont pas de connaissances dans l’entreprise qui les intéresse semblent, au regard de cette méthode, avoir moins de chances d’être engagés. Dès lors, la méthode peut paraître injuste.
Cependant, il ne faut pas oublier que toute entreprise destinée à durer diversifie sa stratégie de recrutement et donc, suit aussi des procédures de recrutement classiques. Ainsi, même si un individu décide de postuler par les canaux habituels, la possibilité qu’il soit embauché n’est pas moindre.
Au final, les recruteurs choisissent toujours la personne qui correspond le mieux à ce qu’elles recherchent, simplement parce que c’est dans leur intérêt.