Le prof fait le même exam' 2 ans après: l'Uni est furax

Il n'y a pas que les étudiants qui savent manier le copier-­coller. Lundi, c'est un chargé de cours de la Faculté des HEC, à Lausanne, qui s'est fait reprocher d'avoir soumis aux 3e année le même examen qu'en 2017. Le même, au mot près. «Plusieurs d'entre nous s'en sont aperçus et ont informé le décanat», raconte un étudiant de la volée.

Résultat: ce week-end, l'université informe tout l'auditoire que l'épreuve a été entachée d'un soupçon de fraude, et que tout le monde doit la repasser le 24 janvier pour éviter «les inégalités de traitement». Tollé. «C'est quand même incroyable, on n'y est pour rien si le prof est fainéant et ne change jamais ses questions, s'insurgent les premiers intéressés. On n'a rien volé!»

Et force est de constater qu'ils ont raison. «On ne peut pas parler de fraude, concède Géraldine Falbriard, porte-parole de l'Université. La faculté a réagi un peu vite. Il n'y aura pas de nouvelle épreuve. La première fera foi.»

Négligence problématique

Reste qu'il y a quand même un problème. Mais il vient du prof, et il passe très mal. «C'est un cas de négligence problématique», insiste-t-elle. Le coupable sera convoqué pour s'expliquer. «Sur un campus, les anciennes épreuves circulent, reprend Géraldine Falbriard. On le sait, et c'est exceptionnel qu'un même examen soit proposé deux fois.» Des investigations seront menées pour savoir si le chargé de cours avait déjà commis cette même bourde.

À Berne, un examen avait été reprogrammé dans des circonstances similaires en juin 2017. Des étudiants avaient saisi la justice. Ils avaient obtenu gain de cause.

Catégories