les 10 bonnes raisons

10 bonnes raisons de ne jamais manger à la cafétéria

1. Il est midi, le ventre gargouille et on rêve de pouvoir choisir un menu complet et varié, mais arrivé devant l’étalage, il n’y a que deux choix proposés :  le fameux menu « fourchette verte », composé d’un féculent, d’un légume et d’une viande, de quoi faire pâlir les plus grands restaurants, ou un panini au poulet. « Trop de choix tue le choix » dit l’adage : à la cafétéria tu n’auras jamais ce problème !

 
2. Tu pensais qu’en tant que pauvre étudiant tu allais pouvoir manger ton panini au poulet (qui se compose de pain, de deux tranches de poulet et, pour les plus chanceux, d’une feuille de salade) pour pas cher ? Que nenni ! Tu débourseras au moins huit francs pour pouvoir manger quelque chose d’à peu près correct, plus cher qu’un Happy Meal, le happy en moins.

3. Après de longues minutes d’hésitation, on s’est finalement porté sur le fameux menu « fourchette verte », ventant une cuisine équilibrée et savoureuse. On se lance, on goûte et après s’être cassé une dent sur le morceau de viande, ou étouffé avec le riz on remarque avec étonnement que la salade de carotte est bonne. Ce n’était pas censé être de la salade ? Oups.

4. Après avoir testé tous les plats (et comme dit en point un, ils sont nombreux), essayé tous les fast-food aux alentours, on se retrouve avec un Tupperware cuisiné la veille. On pensait être autonome en venant avec sa nourriture, c’était sans compter le besoin de le chauffer ! On lance un regard un peu désespéré aux micro-ondes et là ce qui devait arriver arriva…. Une queue immense se profile devant les trois micro-ondes disponibles ! On finit par attendre 30 minutes, pour chauffer notre plat 2 minutes (attention à ne pas le faire chauffer plus longtemps, sinon des regards assassins risquent de t'entourer !) et se retrouver avec notre plat toujours aussi froid, avec la question que tous les étudiants se sont posés une fois dans leur vie « Mais il marche le micro- onde ?!? ».

5. Tu pensais profiter de ta pause pour te détendre un moment ? Faire le vide dans un endroit calme et reposant ? Avec une cafétéria de soixante mètres carrés remplie de deux cents étudiants affamés, on se rend vite compte qu’on est plus proche d’un concert de rock que d’une ambiance calme. Parler sans micro devient un défi. As-tu vraiment envie de le relever ?

6. Il est temps de s’attarder un peu sur le nom de cafétéria. Qui est le responsable de cette appellation ? On a beau essayer de lui trouver des surnoms, ce lieu a toujours une connotation négative. En passant du classique « la Caf » au plus original « K-fête », impossible de trouver un nom un peu moins ringard à ce lieu… Alors pour éviter le célèbre « On se rejoint à la Caf ? », on évite d’y aller et on se rejoint plutôt dans un petit restaurant à proximité de l’Uni, souvent à des prix abordables et proposant un (vrai) menu varié.

7. As-tu déjà essayé de trouver une place, quand tu as eu le malheur de finir deux minutes plus tard que l’heure officielle ? Mission impossible ! La seule solution c’est de s’asseoir dans les escaliers, mais malheur à toi si le concierge t’aperçoit !

8. Malgré les sept points précédents qui auraient dû te convaincre, tu as finalement décidé de passer le cap de manger à la cafétéria. Tu penses qu’il n’y aura personne, sachant les inconvénients qu’on y trouve et bien non ! Tu attends en général beaucoup de temps pour te faire servir, et quand vient enfin ton tour et que tu reçois ton plateau, tu te rends compte que ton plat est froid (car après avoir fait la queue pour te faire servir, tu dois encore la faire pour payer, ce qui n’est pas une mince affaire), et que tu n’as plus que 10 minutes pour manger…

9. Ne pas aller à la cafétéria et aller manger ailleurs, c’est aussi un vrai bon moyen de sortir de l’université et donc de ne pas croiser toutes les personnes que l’on essaye d’éviter pendant la journée.

10.  Et puis au final, est-ce que le fameux « fait maison » ne serait pas une meilleure alternative ? Une bonne petite salade (pour éviter la queue au micro-onde) faite tranquillement chez soi dégustée au bord du lac, ou dans un parc donne déjà l’eau à la bouche…